Chaire Unesco Emir Abdelkader pour les Droits de l'Homme et la Culture de Paix

 

 

       Objectifs                Organisation               Activités               Formation              Publications              Contact

 

 

Une chaire Unesco pour les Droits de l’Homme et la Culture de Paix 

au nom de l’Émir Abdelkader...  

    En proposant de baptiser une Chaire Unesco pour les Droits de l’Homme et la Culture de Paix au nom de l’Emir Abdelkader (1808-1883), l’Université d’Alger I et l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Culture et la Sciences entendent rendre hommage à une personnalité hors pair de l’histoire algérienne dont la contribution au domaine des droits humains et du dialogue interreligieux est aujourd’hui unanimement reconnue.

   Fondateur de l’Etat algérien moderne et porte étendard du droit des peuples à décider de leur destin, l’Emir Abdelkader fut en son temps reconnu, même par ceux à l’avoir combattu, pour sa grandeur morale et son humanisme. Philosophe, juriste et homme politique, l’histoire retiendra de l’Emir Abdelkader le fait d’avoir été l’un des précurseurs du droit international humanitaire en entreprenant, au début du XIXe siècle, la rédaction d’une « Charte pour la Protection des victimes et des droits des prisonniers de guerre » (Mîthâq hifz dahâyâ al-harb wa hifz huqûq al-usârâ) ; une compilation qui devait, au dire de bon nombre d’historiens du droit, tracer la route vers la codification du droit humanitaire moderne, faisant ainsi de l’Emir, comme l’affirme le président du CICRPeter Maurer (2013), l’un des précurseurs de la rédaction du droit international humanitaire bien avant la convention de Genève de 1864.

    Une autre contribution de l’Emir au droit de la guerre : l’intervention humanitaire. Bien qu’ayant été contraint à déposer les armes en 1847 pour se voir emprisonné en France puis exilé à Damas, l’Emir ne perdit rien de son humanisme ; homme d’action et de parole, le jour où éclata, le 9 juillet 1860, l’émeute antichrétienne de Damas, il n’hésita pas au péril de sa vie et de celle de ses proches à prendre la défense des minorités non musulmanes, sauvant ainsi près de 12.000 chrétiens d’une mort certaine. Bien que cet acte de bravoure lui valut alors la reconnaissance de la communauté internationale, il ne vit en cette intervention qu’un simple « devoir imposé par la Loi mohammadienne et les droits de l’Humanité » ; par delà l’humilité véhiculée par cette parole, on peut aujourd’hui donner à la formulation de l’Emir une double vocation: elle élabore d’une part, conformément au précepte musulman qui impose d’« ordonner le louable et dénoncer le blâmable » (al-amr bi al-ma‘rûf wa al-nahy ‘ani al-munkar), le principe de « devoir d’ingérence » dans les conflits armés, principe désormais essentiel du droit international humanitaire ; elle théorise, d’autre part et sans doute avant l’heure, la notion « d’Humanité » en tant qu’entité juridique ou « personne morale » dotée de droits que les personnes la composant se doivent de respecter; une conception de l’Humanité qui explique, et à bien des égards, l’engagement de l’Emir Abdelkader dans la voie du dialogue interreligieux et du rapprochement entre les peuples ; n’est-ce pas lui qui disait si bien à ce propos : « Si les Musulmans et les Chrétiens avaient voulu me prêter leur attention, j’aurais fait cesser leurs querelles ; ils seraient devenus, extérieurement et intérieurement, des frères. »

                                                                                                                                

                                                       

UNESCO   Suivez-nous :       Service de Presse       Forum       Facebook Facebook       Twitter Twitter       Youtube Youtube       Commission Web.